Avec l’ensemble des recherches pour trouver un remède pour le cancer, la radiothérapie est encore considérée par les experts comme l’un des traitements les plus fiables dans la lutte contre la maladie. En effet, des groupes tel que American Cancer Society classe la radiothérapie comme l’un des meilleurs traitements pour de nombreux types de cancer, avec la chirurgie, la chimiothérapie et d’autres formes courantes de traitement.

La radiothérapie peut-être efficace quand il s’agit de tuer les cellules cancéreuses, mais ce traitement a aussi un effet secondaire dévastateur, la destruction également de cellules saines. En conséquence, la quantité de rayons utilisée est limitée et les cellules cancéreuses peuvent donc survivre au traitement.

Cependant, une nouvelle étude par une équipe Israélo-Danoise, pourrait ouvrir la voie à un nouveau type de radiothérapie qui peut aider les patients à éviter les pires effets secondaires. La technologie est appelée “millimeter radiation”(“rayonnement millimétrique”), et consiste à utiliser une longueur d’onde de rayonnement spécifique pour cibler des cellules cancéreuses. Selon une série d’expériences menées par une équipe d’Ariel University Center en Israël, le traitement limite considérablement les dommages causés sur les cellules saines, au point où les médecins sont en mesure  “d’augmenter la chaleur” sur les cellules cancéreuses et les détruire beaucoup plus efficacement.

Plutôt que d’utiliser les rayons X, le rayonnement est généré à partir de la bande submillimétrique et vise les cellules cancéreuses spécifiques en interrompant leur capacité à croître et à se reproduire. Il n’y a pas d’excès de chaleur pour tuer les cellules saines, de sorte que les seules cellules touchées soient les cellules cancéreuses.

Dans une série d’expériences réalisées par l’équipe Israélo-Danoise au Centre Universitaire Ariel, les chercheurs ont utilisé la méthode d’irradiation des cellules du cancer du poumon de l’homme, qui sont en général extrêmement résistantes aux méthodes de chimiothérapie, et l’utilisation agressive de la radiothérapie endommage fortement les poumons.

En utilisant le nouveau procédé, l’équipe a observé que les cellules cancéreuses changent de manière significative de taille et de forme lorsqu’elles sont ciblées avec le rayon submillimétrique. Les cellules ont commencé à se développer dans de “monstrueuses” proportions selon les chercheurs, mais en même temps, les noyaux des cellules ont commencé à s’auto-détruire, et voir se développer un second noyau, un signe certain que l’ADN des cellules a été endommagé .

La phase suivante de la recherche sera axée sur la compréhension de la façon dont les rayons de bandes submillimétriques endommagent le matériel génétique des cellules, et si d’autres types de cancers peuvent être traités de cette manière.

Les résultats de cette recherche ont permis au projet de recevoir un financement de plusieurs fondations, dont la Fondation Carlsberg et de la Fondation danoise Fraenkel, qui soutiennent la recherche en cardiologie et le traitement du cancer.

L’équipe israélienne comprend trois chercheurs chevronnés, les professeurs de physique Konstantin Komoshvili, Jacob Levitan, et Asher Yahalom, ainsi que le professeur Boris Kapilewitch, et le Dr Stella Aronov du laboratoire de recherche sur le cancer Ariel. Du côté danois, l’équipe comprend des chercheurs de la Denmark’s Technical University, avec le célèbre physicien Henrik Bohr, petit-fils du physicien et lauréat du prix Nobel Niels Bohr, et un neveu du physicien nucléaire Aage Bohr, lui aussi lauréat du prix Nobel .