Wilocity1

Le quatrième trimestre semble bien parti pour marquer des records en matière d’investissements dans des start-ups israéliennes.

Les investissements dans des start-ups israéliennes connaissent une forte augmentation. Ces deux derniers jours seulement, on a enregistré sept opérations d’investissement pour un montant global de près de 85 millions de dollars. Ces données vont dans le sens de la tendance à la hausse reflétée par les chiffres du troisième trimestre publiés par le centre de recherche IVC (Israel Venture Capital Association). Selon l’IVC, les start-ups israéliennes ont généré 660 millions de dollars d’investissements lors du dernier trimestre, chiffre record qui n’avait pas été atteint depuis 1999, à l’époque de la bulle Internet. Il y a fort à parier que le quatrième trimestre de 2013 soit un nouveau trimestre record.

L’investissement le plus conséquent revient à l’entreprise israélienne Wilocity qui développe des puces de communication de 60 gigahertz servant à l’échange de contenus. L’entreprise vient de clôturer un important tour d’investissement pour un montant global de 35 millions de dollars. Les fonds d’investissement qui ont mené cette levée de capitaux sont le Vintage Investment Partners d’Alan Feld et le Jerusalem Global Ventures de Shlomo Kalish.

Sequoia, Benchmark, Tallwood Venture, Qualcomm et Marvell, investisseurs déjà existants dans l’entreprise ont également participé à ce tour. Wilocity emploie 70 salariés, dont 60 dans son siège de Césarée où se trouve la division de la recherche.

Cette levée de capitaux va permettre à Wilocity de développer le secteur des ventes. L’entreprise a confirmé la nouvelle. Wilocity a été fondée en 2007 par quatre anciens d’Intel : Tal Shamir (PDG), Dany Rettig, Gal Basson et Jorge Myszne qui occupent tous encore actuellement des fonctions dans l’entreprise.

En parallèle, l’entreprise Lacoon Mobile Security‏ a annoncé hier matin qu’elle avait clôturé une levée de capitaux d’un montant global de 8 millions de dollars menée par le fonds européen Inex Ventures. Parmi les investisseurs, on compte Shlomo Kramer, l’un des fondateurs de Check Point et actuel PDG d’Imperva et Mickey Boodaei, fondateur de Trusteer, entreprise qui a été récemment rachetée par IBM pour près de 650 millions de dollars.

Ainsi, les désengagements financiers dans le domaine de la sécurité informatique sont retournés dans l’industrie sous forme d’investissements. Rakesh Loonkar, co-fondateur et président de Transteer fait également partie des investisseurs. A ce jour, Lacoon Security a réuni 11 millions de dollars auprès de ses investisseurs (dernier tour d’investissement compris). Cette entreprise qui emploie 30 personnes, dont la plupart sont basées en Israël, a été fondée en 2011 par Ohad Bobrov, Sharon Sahar, Michael Shaulov et Emanuel Avner.

Un sixième trimestre de croissance pour Samanage

La troisième entreprise qui a annoncé de nouveaux investissements est Samanage, fournisseur de solutions logicielles pour professionnels et spécialiste du modèle logiciel en tant que service (SaaS). Les fonds israéliens de capital-risque Carmel Ventures et Gemini y ont investi 5 millions.

Samanage propose une solution de gestion des licences logicielles et contrats informatiques et de détection des problèmes de conformité des licences. L’entreprise a annoncé une croissance trimestrielle de 30% de son chiffre d’affaires, ce qui représente son sixième trimestre consécutif de croissance. Samanage a été fondée en 2007 par Doron Gordon et emploie une trentaine de personnes en Israël, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis. A ce jour, Samanage a réussi à lever plus de 8 millions de dollars auprès de ses investisseurs.

טקדו

La quatrième start-up à avoir annoncé une importante levée de capitaux est TaKaDu, qui développe des solutions pour la détection automatique de fuites dans les réseaux municipaux de distribution d’eau. L’entreprise a bénéficié de près de 6 millions de dollars du fonds d’investissement de la multinationale M3. D’autres investisseurs ont accordé leur confiance à TaKaDu : le holding européen ABB qui avait déjà investi début 2012, le fonds suisse de technologies propres Emerald et les fonds israéliens Gemini et Giza. TaKaDu est présente dans six pays dont l’Australie, le Chili, le Portugal, l’Espagne et Israël (où elle travaille en collaboration avec HaGichon, l’entreprise de gestion et de distribution de l’eau à Jérusalem).TaKaDu compte 35 salariés dont 30 en Israël. Sans compter la dernière levée de capitaux, les investissements existants étaient de 15 millions de dollars. « C’est une étape importante franchie pour la levée de fonds en faveur de l’industrie israélienne des technologies propres », a déclaré hier le fondateur et PDG de l’entreprise, Amir Peleg.

La cinquième entreprise à avoir bénéficié de fonds d’investissement est Apos Technologies qui a développé l’AposTherapy. L’entreprise a récolté 5 millions de dollars auprès de Viola Credit (anciennement Plenus) du groupe Viola, auquel appartient aussi Carmel Ventures, investisseur dans Sunday Sky et Samanage. AposTherapy offre une solution non-chirurgicale aux personnes souffrant de troubles musculo-squelettiques, notamment mal de dos et de genoux, dû à l’usure du cartilage. L’entreprise a été créée en 2004 par les docteurs Avi Elbaz et Amit Mor. En 2011, l’entreprise a levé 8 millions de dollars auprès du fonds Pitango. Plus de 40 000 personnes dans le monde sont actuellement traitées grâce à la méthode développée par Apos.

Enfin, la sixième entreprise est SundaySky qui a annoncé hier avoir levé 20 millions de dollars lors d’un troisième tour d’investissement. Le montant global investi dans cette entreprise, ce dernier financement compris, atteint les 40 millions de dollars. SundaySky est le créateur de SmartVideo qui propose une plateforme pour l’envoi de vidéos commerciales personnalisées

SundaySky qui a été fondée en 2007 a doublé son personnel ces 12 derniers mois et emploie actuellement 100 personnes. Son chiffre d’affaires s’élève à plusieurs dizaines de millions de dollars par an. SundaySky a annoncé qu’elle prévoyait d’utiliser ces nouveaux investissements d’une part pour étendre son activité à de nouvelles régions mais aussi pour développer de nouvelles technologies afin de renforcer son avantage concurrentiel.

La septième entreprise, MyCheck a annoncé hier une levée de fonds d’un montant de 4,2 millions de dollars. Parmi les investisseurs, on compte le groupe Saban Capital, Yoav Harlap, la famille Wertheimer, Eli Elroï, ainsi que le mannequin Bar Refaeli qui avait également apporté des capitaux lors du premier tour d’investissement, on ignore le montant qu’elle a fourni. Le produit-phare de l’entreprise est une application qui permet de payer son addition dans un restaurant ou une station-service via son appareil mobile (MyCheck a mis en place un partenariat avec Sonol et environ 1500 restaurants en Israël).

http://www.themarker.com/technation/1.2143204