biotec2

Selon les plus grands économistes mondiaux, la crise économique de 2008 n’a en réalité jamais pris fin. Dans de nombreux pays du monde, elle se traduit par des taux de chômage affolants et une économie stagnante, et en Israël, la croissance semble toujours au ralenti. Certains ont même déclaré qu’une nouvelle crise financière, plus grave encore que la précédente, s’annonçait pour 2013.

Cette crise semble toutefois avoir épargné dans une certaine mesure une branche de l’économie israélienne qui ne cesse de surprendre et d’apporter des résultats positifs : les technologies médicales.

La divison « recherche » d’Ethosia, cabinet de recrutement spécialisé dans les technologies de pointe et les biotechnologies, vous présente la branche qui était leader des entreprises technologiques en 2013 et semble entrer en 2014 pleine de confiance, non sans oublier de garder un œil vigilant sur la situation difficile du marché mondial.

Il existe différents moyens pour évaluer le développement et le succès d’un secteur économique donné. L’un de ceux qui offre le tableau le plus fidèle et le plus précis consiste à analyser la demande en personnel et le salaire moyen dans un domaine particulier. Selon ces critères, la branche israélienne des technologies médicales connait une croissance et un développement formidable.

« Le marché des technologies médicales et des biotechnologies ne cesse de se développer, » explique Hagit Lerner, directrice du secteur des biotechnologies chez Ethosia. « Des dizaines de nouvelles entreprises voient le jour et recrutent, et cette tendance se poursuit de manière constante. » Des chiffres remarquables viennent appuyer cette affirmation : il existe aujourd’hui des centaines d’entreprises de technologies médicales en Israël (entre 700 et 900 selon les sources), dont la plupart ont été créées au cours des cinq dernières années.

« On peut également observer le développement de cette branche par le fait que la demande en personnel ne cesse de croître, » explique Lerner. « En 2013, les postes pour lesquels la demande était plus forte que l’offre étaient les postes de médecins, tous secteurs confondus, ainsi que les postes de directeurs d’études cliniques et  de responsables « qualité et conformité réglementaire ». Pour tous ceux-là, on manque de personnel de qualité.

Cette pénurie témoigne du développement et de la croissance rapide de nombreuses entreprises, mais la demande accrue en directeurs d’études cliniques est aussi le signe de la maturation de ces entreprises. En effet, les essais cliniques représentent l’une des dernières étapes avant le lancement d’un produit, on peut donc estimer que bon nombre de ces entreprises ont atteint le stade de la commercialisation de leurs produits et de la rentabilisation.

Pour ce qui est du salaire moyen, on peut observer  une augmentation qui avait déjà commencé en 2012 et s’était accentuée au cours de 2013. Les domaines dans lesquels on observe une hausse du salaire moyen à tous les niveaux de la hiérarchie sont le contrôle de qualité, la conformité réglementaire, les essais cliniques et la recherche chimique.

 Transactions fructueuses et émissions d’actions

L’année 2013 a été caractérisée pour tout le secteur du high-tech par des transactions impressionnantes. Le secteur des technologies médicales faisait également partie de la fête avec quelques acquisitions très intéressantes et en tête, la vente de Given Imaging à l’irlandais Covidien pour la somme phénoménale d’1 milliard de dollars. Ce rachat vient s’ajouter à la liste de trois autres acquisitions en Israël par le groupe irlandais au cours de ces deux dernières années, Oridion, PolyTouch et Superdimension.

Given Imaging a mis au point une pilule contenant une caméra miniature permettant un examen non invasif du gros intestin. Pionnière dans ce domaine dès le début des années 2000, l’entreprise avait ralenti son rythme de croissance ces dernières années mais semble désormais retrouver de la vigueur, en particulier grâce à certaines ouvertures positives, notamment l’autorisation de commercialisation de la pilule sur le marché japonais.

Un autre signe de la croissance de ce secteur provient de l’indice Biomed qui a enregistré une hausse remarquable de 28% au cours de l’année 2013, ce qui le place sur la liste des indices boursiers les plus performants de l’année passée. Cette tendance se poursuit d’ailleurs début 2014, signe supplémentaire du brillant avenir promis à ce secteur en Israël.

Par ailleurs, plusieurs entreprises ont fait le grand saut en émettant des actions sur les marchés financiers. Enzymotec, entreprise basée à Migdal Haemek et cotée au Nasdaq a émis des actions pour un montant de 320 millions de dollars. Enzymotec développe des ingrédients nutritionnels utilisés dans l’industrie alimentaire et des substituts au lait maternel ainsi que des compléments alimentaires vendus sous ordonnance.

Certaines entreprises israéliennes de biotechnologie ont racheté des entreprises étrangères et collaborent avec des groupes étrangers. Un bon exemple est Elcam Medical du kibboutz Baram (Galilée) qui a fait l’acquisition de l’italien Lucomed il y a trois ans, et a poursuivi cette année des partenariats avec de grandes entreprises internationales.

Pourtant, parallèlement à tout cela, ce secteur a également rencontré des difficultés et non des moindres : les menaces de licenciement qui ont plané et continuent de planer dans une certaine mesure sur les employés de l’entreprise Teva, et le départ de son directeur général, Jeremy Levin. Le géant israélien de l’industrie pharmaceutique a, bien entendu, sa part à jouer dans le secteur du biomédical et des biotechnologies et toute décision qui pourrait mener au licenciement de centaines d’employés (selon les estimations, il s’agirait du nombre de licenciements prévu par Teva) pourrait donner un coup sérieux au marché local. On est actuellement dans l’attente de la nomination d’Erez Vigodman comme nouveau directeur général, et ce n’est qu’après celle-ci que d’éventuels licenciements dans le cadre d’un processus de rationalisation mondiale seront décidés.

Il est toutefois important de noter un aspect moins réjouissant du tableau de l’industrie biomédicale israélienne : parmi les nombreux projets mis en route, tous ne réussissent pas à lever suffisamment de fonds pour concrétiser leur produit. De nombreuses entreprises parcourent un long chemin avant de devoir arrêter leurs activités, même si leur produit semblait prometteur.

Il faut enfin ajouter un autre élément qui influe directement sur de nombreuses entreprises israéliennes : le marché américain. Aux Etats-Unis, 2013 a été caractérisée par de nombreux bouleversements dans le domaine de la santé, et beaucoup ont des répercussions sur le secteur de l’équipement médical, secteur où se concentre l’activité de nombreuses entreprises biomédicales israéliennes. Ces changements mettent les entreprises face à un défi considérable et complexe et c’est seulement en s’adaptant très rapidement  qu’elles garderont leur capacité à se développer à un rythme suffisant.

Que nous réserve l’avenir ?

« Depuis plusieurs années, Israël est un centre mondial dans le domaine des biotechnologies, » affirme Hagit Lerner. « En Israël, cette activité est regroupée au sein de nombreux parcs industriels spécialisés dans les biotechnologies et les technologies médicales, à Rehovot, Césarée, Haïfa et Yoknéam. Actuellement, un parc dédié aux sciences de la vie est en construction à Haïfa. A Yoknéam, un incubateur d’entreprises de biotechnologie, Medtech Ventures, a été inauguré il y a quelques mois, il est la propriété de l’un des plus importants investisseurs dans ce secteur, le Dr. Shimon Eckhouse. A Beer-Sheva, on a inauguré Bio-Negev, un centre industriel pour les biotechnologies et les sciences de la vie, avec le soutien de l’Autorité pour le développement de la Galilée et du Négev, de la mairie de Beer-Sheva et de l’université Ben-Gourion. »

« Avec cela, des groupes étrangers investissent sans cesse dans des entreprises israéliennes, » affirme Lerner. « Cela montre clairement qu’Israël est considéré comme un acteur de niveau mondial. Chaque année, des entreprises israéliennes présentent de nouvelles innovations et ce mouvement ne semble pas prêt de s’arrêter. »

Ainsi, le secteur des technologies médicales en Israël ne cesse d’innover et de surprendre et semble sur la bonne voie pour devenir un pôle d’envergure internationale. Doucement, ce secteur acquiert une réputation internationale et risque bien de devenir un modèle à suivre, comme pour le high-tech.

Le secteur du biomédical entre donc dans 2014 avec pour ambition de continuer sur sa spectaculaire lancée, tandis que plane l’ombre des bouleversements dans le domaine de la santé aux Etats-Unis. Si le secteur parvient à franchir ce cap, on pourra annoncer officiellement que le biomédical israélien est entré dans la cour des grands.

 http://www.biosearch.co.il/biotech/4767-%D7%A1%D7%99%D7%9B%D7%95%D7%9D-2013-%D7%91%D7%A2%D7%A0%D7%A3-%D7%94%D7%91%D7%99%D7%95%D7%9E%D7%93-%D7%A2%D7%95%D7%9C%D7%99%D7%9D-%D7%A2%D7%9C-%D7%9B%D7%9C-%D7%94%D7%A6%D7%99%D7%A4%D7%99%D7%95%D7%AA