sol chip

La start-up Sol Chip et Tadiran batteries ont créé ensemble une batterie solaire qui convertit la lumière en énergie et s’auto-alimente. « Une contribution significative à la protection de l’environnement ».

Changer les piles… ça fait tellement 2013!

La start-up israélienne Sol Chip et l’entreprise Tadiran Batteries se sont alliées pour développer une batterie solaire innovante qui convertit la lumière en énergie. Cette batterie est destinée à alimenter des appareils électroniques de petite taille, notamment GPS, badges d’identification et capteurs, elle ne s’use pas et n’a donc jamais besoin d’être remplacée.

Sol Chip, fait partie du portfolio d’entreprises de l’incubateur d’entreprises technologiques Trendlines Agtech, elle a été créée sous l’égide du responsable de la recherche scientifique au ministère de l’Économie et est la propriété du groupe Trendlines. Il y a un an, cette start-up installée à Haïfa avait déjà lancé sur le marché sa puce spéciale qui est aujourd’hui commercialisée dans 40 pays et a remporté le prix du meilleur développement technologique pour la récupération d’énergie.

Grâce à un accord signé avec Tadiran Batteries, la puce de Sol Chip sera incluse dans la batterie de Tadiran, pour créer une pile solaire qui s’auto-alimentera et fonctionnera également dans des conditions de luminosité réduite. Tadiran Batteries est une filiale de SAFT, leader mondial des batteries au lithium. La pile solaire sera fabriquée en Allemagne.

« Nous sommes très fiers d’avoir signé un accord de collaboration avec le géant de l’électronique Tadiran, » a déclaré à Ynet, Shani Keysar, la PDG de Sol Chip. « Je suis convaincue que notre collaboration avec les spécialistes de Tadiran vont permettre à nos développements technologiques de trouver leur meilleure expression et nous ouvrira les portes d’autres marchés mondiaux. »

« Le fait que Tadiran nous ait choisi montre qu’ils croient en la technologie de pointe et je suis persuadée que le succès des expériences que nous avons menées jusqu’ici vont nous permettre de mettre au point cette batterie innovante et de contribuer de manière significative à la protection de l’environnement, » a ajouté Keysar.

Shani Keysar et Rami Friedlander (à gauche) reçoivent leur prix en 2013 (photo : IDTechEx).

http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4485512,00.html