Ces dernières années, les effets de la viande sur la santé humaine et le changement climatique suscitent une inquiétude croissante au niveau mondial. De plus, les récentes crises sanitaires mondiales et les conflits géopolitiques ont posé d’énormes défis aux chaînes d’approvisionnement alimentaire, incitant les gouvernements à diversifier leurs approches de la production alimentaire pour renforcer la sécurité alimentaire. Les individus également très préoccupés par l’industrie de la viande prennent les choses en main et le véganisme est passé d’un engouement mineur à un mouvement populaire mondial aujourd’hui.

La crise climatique à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui a eu un impact tragique sur l’accès à des options alimentaires nutritives et abordables pour des milliards de personnes, en particulier pour les communautés qui dépendent des importations alimentaires. La sécurité alimentaire est devenue un défi mondial, suscitant l’intérêt et l’investissement dans les technologies alimentaires, comme en témoigne la croissance rapide de ce secteur en Israël. Malgré les problèmes qui se posent, Israël a relevé le défi et s’est révélé être un pionnier dans le domaine des protéines alternatives, notamment en ce qui concerne la viande cultivée. Dans un monde où les gens sont de plus en plus conscients de leur impact sur l’environnement, les protéines alternatives sont particulièrement importantes car elles constituent l’un des secteurs les plus prometteurs de la technologie alimentaire qui tente de lutter contre les effets du changement climatique et d’améliorer la sécurité alimentaire. En 2021, le gouvernement israélien a accordé un montant sans précédent de 18 millions de dollars à la recherche sur la viande cultivée, le président Isaac Herzog ayant même dégusté de la viande cultivée (source : Vegconomist, publication Cultivated Meat, mai 2022). Il convient également de noter qu’en 2021, 36 % des investissements mondiaux dans les protéines cultivées étaient réalisés par des entreprises israéliennes (source : GFI Israel State of Alternative Protein Innovation Report mars 2022).

 

Israël accueille de nombreuses entreprises prometteuses dans le domaine des protéines alternatives, telles que SuperMeat, Mermadefoods, Steakholder Foods, YoEgg et Aleph Farms :

 

SuperMeat, fondée en 2015 s’est donné pour mission de fournir au monde une viande de haute qualité cultivée directement à partir de cellules animales et fabriquée de manière durable et respectueuse des animaux.

 

Mermadefoods est une entreprise innovante d’aquaculture cellulaire, qui apporte un état d’esprit durable et nouveau à la production de fruits de mer à base de cellules. Leur approche permet de produire en masse des fruits de mer cultivés en utilisant des pratiques durables dont nous pouvons être reconnaissants.

 

Steakholder Foods,, fondée en 2019 et anciennement connue sous le nom de MeaTech 3D Ltd, utilise la technologie de bio-impression 3D et la biologie cellulaire avancée pour développer des produits carnés hybrides et une gamme de protéines alternatives.

 

YoEgg, depuis 2019 s’efforce de devenir le plus grand et le plus durable producteur d’œufs au monde sans l’utilisation de poulets. L’entreprise a déjà levé un montant impressionnant de 5 millions de dollars américains et continue de se développer régulièrement.

 

Enfin, Aleph Farms, l’idée du groupe Strauss, du Technion – Institut de technologie d’Israël, et du PDG vétéran Didier Toubia, est entrée sur le marché en 2017 avec des steaks de bœuf cultivés à partir de cellules non génétiquement modifiées et non immortalisées isolées d’une vache vivante.

 

Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses entreprises innovantes et disruptives de la foodtech qui opèrent en Israël. Compte tenu de la nature des défis auxquels nous sommes tous confrontés à l’échelle mondiale, l’avenir de la technologie alimentaire, et plus particulièrement la technologie des protéines alternatives, devrait retenir toute notre attention à mesure qu’elle prend de l’importance.