Il est impossible d’éviter la question du changement climatique et, impérativement, cette question est de plus en plus prioritaire dans l’agenda international. En mai de cette année, une nouvelle étude menée par l’Institut Weizmann des sciences a conclu que les tempêtes dans l’hémisphère sud ont déjà atteint des niveaux d’intensité qui, selon les prévisions, ne devaient se produire qu’en 2080. En bref, le rapport indique, de manière inquiétante, que le climat de la Terre change encore plus vite que prévu.

 

Il reste beaucoup à faire au niveau mondial. En Israël, la question du climat a toujours été prise en compte. Son climat aride et sa pénurie de ressources naturelles ont obligé Israël à faire preuve de créativité dans les domaines de la gestion de l’énergie et de l’eau. Depuis les années 1950, des panneaux solaires sont utilisés pour chauffer l’eau dans près de 90 % des foyers, tandis que la révolution de l’eau dans le pays a été accomplie par une combinaison de campagnes nationales de conservation de l’eau, de réutilisation de l’eau à des fins agricoles et de construction d’usines de dessalement à haut rendement énergétique.

 

Comme ils l’ont fait dans d’autres secteurs, tels que l’eau et la cybersécurité, les décideurs politiques et les industries israéliennes ont collaboré, non seulement pour relever les défis, mais aussi pour stimuler l’évolution du secteur industriel en soutenant l’innovation, en faisant croître les entreprises indigènes et en créant finalement des solutions pour le marché intérieur et l’exportation mondiale. L’important rapport : Israel’s State of Climate Tech 2021 par l’Autorité israélienne de l’innovation et PLANETTech – une communauté d’innovation à but non lucratif pour les technologies liées au changement climatique – a réaffirmé cet engagement de collaboration.

 

Aujourd’hui, selon Startup Nation Central, Israël abrite plus de 700 entreprises qui proposent des solutions “ClimateTech” transcendant de nombreux secteurs tels que la fabrication, la construction, l’alimentation alternative, l’agriculture, le transport et la mobilité, et l’eau. Parmi ces entreprises figurent des sociétés telles que :

 

Electriq~Global https://www.electriq.com a mis au point un carburant composé à 60 % d’eau. La technologie de traitement de l’entreprise permet d’extraire l’hydrogène du carburant liquide, qui est ensuite exploité pour créer de l’électricité afin d’alimenter les véhicules.

 

Tomorrow – https://www.tomorrow.io/space/ dont la technologie vise à démocratiser l’accès aux prévisions météorologiques mondiales et à permettre aux organisations de se préparer à l’impact commercial de la météo et de l’atténuer.

ECOncrete- http://www.econcretetech.com/ qui produit une technologie de béton bio-accroissant qui soutient la biodiversité, et le stockage du carbone, et offre une performance structurelle supérieure à toute infrastructure marine en béton.

 

Electreon- https://electreon.com/ est un fournisseur de premier plan de solutions de recharge sans fil et d’infrastructures de recharge de véhicules électriques (VE) de bout en bout pour des partenaires mondiaux, des municipalités régionales, des départements de transport et des opérateurs de flotte. Electron exploite actuellement une route électrique sans fil et une station de recharge stationnaire à Tel Aviv, la première du genre.

 

En outre, de nombreuses multinationales, telles que Mercedes Benz, Asos, Hitachi et Uber, s’associent à des entreprises israéliennes spécialisées dans les solutions climatiques, amplifiant ainsi leur impact dans le monde.

 

Ce type d’interaction et de coopération mondiales est essentiel et il peut également offrir un développement et des opportunités économiques et technologiques. Pour citer le président Issac Herzog, qui a lancé le Forum israélien sur le climat au début de l’année, “la crise climatique mondiale est là, de plein fouet, et elle s’aggrave. Nous avons une mission puissante, et nous ne la remplirons que si nous travaillons ensemble, dans le cadre d’un partenariat israélien, d’un partenariat moyen-oriental et d’un partenariat de toute l’humanité.”