symbol

Pourquoi Israël?

Israël est un des marchés les plus compétitifs au monde. C’est un petit pays dont l’écosystème, fortement interconnecté, permet aux entreprises de prospérer. Au cours des 20 dernières années, l’économie israélienne a connu une croissance cumulée de 180% tandis que sa population n’a augmenté que de 45%.

Un capital d’Innovation, de R&D et un esprit entrepreneurial remarquables

Considéré comme la seconde « silicone vallée », Israël est une nation connue mondialement pour son innovation dans le domaine de la haute technologie et ses start-ups remarquables. Le pays atteint ainsi régulièrement les meilleures places dans les classements mondiaux sur la compétitivité économique.

Depuis une décennie, Israël est le leader mondial en matière d’investissements dans la R&D (4,2% du PIB), et occupe le cinquième rang mondial par le nombre de brevets déposés par habitant.  Par conséquent, parmi 148 pays, Israël détient la première place pour la capacité d’innovation, la deuxième place pour l’esprit d’entreprenariat et la troisième place pour l’innovation mondiale (selon le rapport de l’IMD sur la compétitivité parue en 2013). En 2015, 86 entreprises israéliennes étaient cotées au Nasdaq, ce qui fait d’Israël le troisième pays en nombre d’entreprises cotées au Nasdaq, après les Etats-Unis et la Chine.

Israël détient le record mondial du nombre relatif de personnes travaillant dans la R&D: 140 personnes pour 10 000 actifs, avant les Etats-Unis qui occupent la deuxième place avec 85 personnes pour 10 000 actifs. Par ailleurs, plus de 300 sociétés, parmi les plus importantes entreprises internationales, dont Orange, Microsoft, IBM, Intel, Google, Apple, HP, Cisco, Motorola, Philips, Facebook, Applied Materials, EMC et Siemens, ont choisi d’ouvrir des centres de R&D en Israël.

Une main-d’œuvre d’une qualité exceptionnelle et une concentration de personnes à l’esprit innovant

Une main-d’œuvre créative, compétente et ambitieuse est l’une des raisons principales qui fait que les dirigeants internationaux se tournent vers Israël. En effet, Israël possède une main-d’œuvre hautement qualifiée, entrepreneuriale et multiculturelle. Cet esprit entrepreneurial et indépendant est le résultat d’une culture informelle, directe et efficace. La combinaison de cette culture, des compétences de la main d’œuvre et d’une valorisation de l’initiative personnelle permettent de créer un système de travail flexible et adaptable.

La diversité d’Israël et son multiculturalisme se reflètent dans sa population très variée et aux origines multiples.  Une population en provenance de plus de 100 pays, représentant les cinq continents. En plus de l’hébreu et de l’arabe, les deux langues officielles d’Israël, des nombreux Israéliens parlent couramment anglais, ainsi que d’autres langues notamment le français, l’allemand, l’italien, le russe, le chinois et l’espagnol.

Dans un pays où l’atmosphère et l’organisation incitent à l’audace, l’expérimentation et la pensée indépendante sont naturellement récompensées. C’est ainsi que se produisent les percées pour lesquelles Israël est reconnu.

Le soutien gouvernemental

Disposant d’une législation spécifique pour l’encouragement du capital et de la R&D industrielle, l’Etat d’Israël cherche à offrir les conditions optimales du soutien aux entreprises étrangères désireuses d’investir en Israël. A travers une série de mesures d’incitation et d’avantages, l’Etat d’Israël encourage l’investissement international et local, tout en offrant des subventions spéciales, des taux d’imposition réduits, des exonérations d’impôts et d’autres avantages fiscaux fixés par la loi. En conséquence, Israël possède une économie solide et en pleine croissance, avec une excellente notation de crédit et une progression rapide des investissements directs étrangers (IDE).

Une économie robuste et sécurisée pour les investisseurs

Israël est le pays qui a le mieux résisté à la crise de 2008, en comparaison avec les autres pays membres de l’OCDE, selon tous les paramètres majeurs évalués : ratio dette publique/PIB, équilibre de la balance des paiements, déficit budgétaire, croissance du PIB, etc.

La résilience économique israélienne permet aux investisseurs d’avoir un sentiment de sécurité pour leurs investissements. En outre, le IMD a placé en 2013 Israël à la 1ère place dans le monde pour la politique de sa banque centrale. C’est la 4ème année consécutive qu’Israël fait partie du top cinq. Par ailleurs, Israël a été classé 4ème pour la résilience de son économie.

En supprimant les obstacles au commerce, la politique économique israélienne encourage la circulation des capitaux, tout en utilisant une approche stratégique d’ouverture. Israël reconnait également l’importance de la réglementation du secteur financier. Cette stratégie a contribué à la croissance économique d’Israël et à accroître l’efficacité économique au cours des dernières années. En ce qui concerne les résultats obtenus au cours des 5 années écoulées, Israël a enregistré une croissance cumulée de 21%, ce qui le place au deuxième rang sur les 34 pays membres de l’OCDE.

Excellence scientifique et des établissements d’enseignement supérieur de haut niveau

Selon le Wall Street Journal, Israël est le troisième pays au monde pour le niveau d’éducation, après le Canada et avant le Japon. La qualité de l’enseignement en Israël se reflète dans la qualité de ses institutions scientifiques, classées aux premiers rangs mondiaux pour la qualité de leur enseignement (WEF Global Competitiveness Yearbook, 2013 à 2014).

Ses infrastructures scientifiques et technologiques surpassent celle de la majorité des pays. En fait, Israël détient le 3ème rang pour ses infrastructures scientifiques, ainsi que le 4ème pour son infrastructure technologique (IMD 2013). De plus, au cours du 21ème siècle, six prix Nobel sont venus récompenser des Israéliens, soit 4% du total des prix Nobel décernés alors que les Israéliens ne représentent que 0,1% de la population mondiale.

Par ailleurs, Israël est leader mondial dans les collaborations dans le secteur de la recherche entre l’université et le secteur privé et est classé à la 1ère place mondiale pour le transfert de connaissances (Rapport de l’IMD sur la compétitivité 2013). Les relations entre les universités, le secteur privé et le gouvernement permettent de traduire l’innovation scientifique de manière concrète par des produits commercialisables et en initiatives d’affaires. Par conséquent, Israël atteint 25 milliards de dollars d’exportations technologiques chaque année (MIT Technology Review).